repensonslepresent

Archive for mai 2011|Monthly archive page

« Les Chroniques terriennes du temps de l’internet » : Chronique III

In Contributions on 29/05/2011 at 13:02

Suite des « Chroniques terriennes du temps de l’internet » de Fred Forest

« Chronique III du temps qui va s’arrêter.

Article 1

Le temps va s’arrêter. Le temps va s’arrêter le jour du printemps avec ou sans flon-flon. Nous récusons les prédictions millénaristes qui voient dans l’an 2000 les pires catastrophes, voire la fin du monde. Nous arrêterons le temps non pas pour précipiter la fin cataclysmique des temps mais pour s’asseoir, tout simplement, sur le bord du chemin et pour nous demander avant d’avancer plus loin:

-Premièrement ce que nous voulons pour notre vie demain dans le troisième millénaire

-Deuxièmement, et surtout, quel est au niveau individuel et au niveau collectif notre marge de manoeuvre pour agir ?

Article 2

Bien sûr ça donne toujours un petit frisson de savoir que le temps va s’arrêter.

Va s’arrêter pendant 24 heures avant de reprendre sa marche pour l’éternité. Surtout quand c’est la première fois qu’on tente une telle expérience.

On se dit : &laqno; et si on arrivait pas à le remettre en marche en jouant ainsi aux apprentis sorciers ? » Un peu comme le soir quand on s’endort et qu’on se demande : &laqno; et si jamais on ne se réveille jamais ? » Mais finalement il est des situations où l’on est obligé de faire quelque chose, car si on ne fait rien ça devient pire encore. A nous maintenant de calculer les risques, de prendre un minimum de précautions en vue de cet événement. Et nous allons le faire ensemble ici.

Article 3

&laqno; Lorsque l’Agneau ouvrit le sixième sceau, il se fit un grand tremblement de terre. Le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune toute entière devint comme du sang, les étoiles du ciel tombèrent sur la terre comme un figuier précipite ses fruits encore verts quand il est secoué par un grand vent. » C’est tout au moins ainsi que s’exprime saint-Jean l’Evangéliste dans son Apocalypse qu’il rédige dans sa retraite à Patmos.

Article 4

Les prédictions les plus funestes sont pléthores , si par malheur elles se réalisent, plus personne ne sera plus là pour constater qu’elles étaient, justes puisque tout le monde aura disparu Si par chance elles sont fausses, tout le monde sera là pour oublier qu’elles étaient fausses! Dans le ciel il y a aussi pour nous sous forme d’espoir autre chose que des lunes rouges et des sacs de crin. Nous vivons aujourd’hui entre la constellation des Poissons et celle du Verseau. L’ére du Verseau, c’est le &laqno; New Age » une nouvelle ére qui devrait tout droit nous mener, notre portable sous le bras, à un plus haut degré de conscience et à une bénéfique période de sérenité.

Article 5

Ce n’est pas par hasard que nous avons choisi le jour du printemps pour arrêter le temps. Il faut savoir que le soleil ne se lève pas toujours au même endroit dans le ciel lors de l’équinoxe du printemps. Du fait de l’inclinaison de l’axe terrestre et de sa lente oscillation cet axe effectue un cycle complet tous les 25.700 ans. Tous les 2.160 ans il passe dun signe du Zodiaque à un autre. C’était une chance à saisir.

Nous ne pouvons pas nous donner le luxe d’attendre une nouvelle fois 2.160 ans

dans des conditions où le temps impitoyable de la modernité nous pousse dans le dos et nous presse comme un citron.

Article 6

Ce passage à l’an 2.000 de toute façon il faut s’arranger pour le retarder. On s’agite sérieusement dans les conseils d’administration sur le probléme que pose les ordinateurs pour le passage à l’an 2.000 . Certains experts qui ont alerté en leur temps les gouvernements n’hésitent pas à proclamer que de toute façon aujourd’hui c’est déjà trop tard pour maîtriser le bug du siècle. On peut seulement s’efforcer de limiter les dégats. Les ordinateurs sont bêtes et disciplinés ils n’ont appris qu’à gérer les 0 et les 1. Vous imaginez la pagaille dans les rues, les comptabilités et les ascenceurs…On s’attend selon Nostradamus que les étoiles nous tombent sur la tête et c’est les grille-pains qui finalement vont mettre le feu au monde. Si vous voulez tout savoir sur les solutions, l’opinion des experts, les mesures gouvernementales, la position de IBM, Digital et tutti quanti, précipitez- vous sur http://www.it2000.com/ vous saurez tout sur le bug du siécle ! Celui qui va nous aider à arrêter le temps malgré nous.

Une situation juteuse pour les informaticiens qu’on va se disputer à grand prix sur le marché et qui ne seront jamais assez nombreux pour maîtriser le probléme et du pain sur la planche pour les juristes.

Pour notre part nous proposons une solution économique : sauter purement et simplement l’an 2.000 sur notre calendrier, et commémorer… l’arrêt du temps le jours du printemps !

Article 7

Le temps va s’arrêter et nous allons enfin pouvoir réfléchir à notre devenir.

Article 8

Connaissez-vous cette formule souvent entendu autour de nous : lutter contre le temps. Je lutte contre le temps. Une façon de s’exprimer qui montre bien notre effort constant pour tenter d’endiguer le flôt des mille tâches qui nous assaillent continument au quoditien, sans que nous n’arrivions jamais à remettre le compteur à zéro …

Article 9

Pour les 20 et 21 Mars, les deux jours de la &laqno; suspension du temps », n’oubliez pas de vous munir de vos passeports et d’une paire de bons souliers : on ne sait jamais…

Article 10

Et comme le dit Virgile: ( &laqno; fugit irreparabile tempus » ), si nous constatons que &laqno; le temps fuit irréparablement », nous serons alors le plombier d’occasion pour l’arrêter momentanément. Qu’on se le dise !  »

A lire aussi :

« Un présent définitif »

« Les chroniques terriennes du temps de l’internet » : Chronique I

« Les chroniques terriennes du temps de l’internet  » : Chronique II

« Les chroniques terriennes du temps de l’internet » : Chronique II

In Contributions on 22/05/2011 at 12:41

Suite des « chroniques terriennes du temps de l’internet » de Fred Forest

« Chronique II du temps qui va s’arrêter.

Article 1

Dans la vie moderne et les commodités diverses que nous procurent les technologies qui gagnent du terrain gagnons-nous du temps ? C’est moins que probable. Nous courrons constamment derrière lui, nous sommes pressés, stressés. Juste le temps de lacer nos souliers, d’avaler notre café instantané, de partir au turbin, qu’il faut déjà revenir pour se coucher. Il faut faire quelque chose urgemment. Nous avons décidé après mûre réflexion de prendre une mesure radicale : nous avons décidé de suspendre le temps le jour du printemps.

Article 2

Bien que les trains roulent plus vite, que le TGV gagne du temps sur le temps, que les salades ne soient plus à laver, que les assiettes soient à jeter, où passe donc le temps ? Que personne ne sorte. Le temps file à travers nos poches comme si elles étaient trouées, notre cervelle est une passoire par laquelle notre mémoire fout le camp. Il n’y a guère plus que les vaches pour regarder passer les trains quand les trains ne passent pas trop vite et quand il y a encore des vaches pour les regarder. Ainsi va la vie qui passe sans doute trop vite pour la plupart d’entre nous qui sommes trop occupé pour nous en rendre compte, sauf quand il est trop tard.

Article 3

Mais où passe donc le temps ? La question mérite d’être posée. Comme le temps c’est de l‘argent, nous passons le temps à donner notre temps pour gagner de l’argent pour pouvoir le dépenser. Résultat on est toujours  » en manque  » de temps. Comme il existe des tirelires pour mettre de côté de l’argent il devrait y avoir des tirelires pour engranger du temps. Cinq minutes par çi, prises sur le temps à bavarder pour ne rien dire, cinq minutes par là, prises sur une émission de télévision qui ne veut rien dire et il y en a tellement ! Sans compter du temps à attendre le printemps. Sans compter du temps à recycler, à récupérer sur une attente de bus ou du temps perdu inutilement dans une file d’attente au guichet de la poste. Des minutes précieuses à réutiliser après les avoir capitalisé pour ne pas rater un avion, un rendez-vous amoureux, ou pour prolonger sa vie à laquelle on ne pense jamais assez, sauf… au moment de la perdre.

Article 4

Attention, mettez vos montres à l’heure puisque le temps va s’arrêter le 20 Mars prochain à 12 heures, 00 minute, 00 seconde. Qu’on se le dise !

Article 5

Il y a le temps des cerises et celui des vaches maigres. L’un n’a rien à voir avec l’autre . Sinon que les vaches ne sont jamais rouges et que les cerises ont toujours une queue.

Article 6

Selon une formule consacrée : perdre son temps à ne rien faire consiste plus vulgairement dit à  » glander « . Le contraire, donc, c’est à dire ne pas perdre son temps, consiterait à en faire quelque chose. Bien que ça se discute, et à tout faire, il faut au moins utiliser ce temps intelligemment pour réfléchir au lieu de s’agiter continuellement pour rien.

Article 7

Nous sommes pris dans notre quotidien d’homme moderne dans un mouvement sans cesse accéléré, auquel contribue largement l’environnement technologique que nous avons mis en place. Le temps est devenu différent.

Pour les uns il est devenu du temps en  » miettes  » pour les autres, ( les machines), il se comptabilise et se traite en nano secondes. Quoi qu’il en soit nous sommes sous son emprise. Nous vivons la tyrannie du temps. Il est temps de s’en libérer !

Aricle 8

Camarades, le temps du toilettage s’impose. Le temps est désormais venu de ravaler la façade, de mettre au rancart le centralisme démocratique, de ranger dans les placards, avec un oreiller par dessus, le petit père de la Révolution, de dénoncer l’idéologie poussiereuse d’une époque révolue où le  » stakhanovisme  » imposait sa tyrannie de la production et ses cadences. De renvoyer de même Taylor et ses partisans aux calendes grecques. De prôner enfin contre la tyrannie du temps le droit à la paresse.

Article 9

C’est bien pour cela qu’en artiste naïf, ( comme le sont paraît-il les vrais artistes (?), nous avons décidé, une fois pour toute, de mettre fin le jour du printemps à cette spirale infernale d’un temps vécu qui nous est devenu insupportable et aliénant. Arrêtons- nous enfin pour vivre et surtout pour savoir en cette période de passage à l’an 2000 ce que nous voulons faire de ce nouveau millénaire, et surtout comment nous voulons le pratiquer et le vivre ? Vous allez voir : de la commémoration on va en manger tous les jours et à toutes les sauces ! On a mobilisé pour ça les énarques de Centre Georges Pompidou et leurs employés de service ( pour qu’ils ne restent pas à se tourner les pouces d’une façon trop voyante pendant les travaux de de la raffinerie…) et qui n’ont pas manqué déjà d’alerter, comme d’habitude préférentiellement, les artistes américains, et les toujours mêmes  » vedettes  » du marché de l’art, qu’il y aurait des budgets à dépenser à gogo. Et surtout de bonnes affaires à faire, pour leur agent commercial et leurs galeries. Qu’on se le dise !

Article 10

Manger du temps comme on mange son pain blanc . Connaissiez-vous cette formule ? Les mangeurs de temps existent bien : je les ai vu !

Ils ne font pas dans le détail eux non plus. Ils s’en mettent plein la gueule. Ils débarquent chez vous à l’improviste quand vous avez quelque chose sur le feu ou vous harcèle au téléphone jusqu’à minuit pour vous raconter la maladie de leur petit chien. Cela quand vous avez un rapport de cinquante pages à remettre le lendemain matin et qu’il est à peine commencé. On les appelle aussi les chronophages à ne pas confondre avec les chronopathes Ils appartiennent à des tribus organisées qui exercent leurs ravages sans distinction de classe avec un appétit sans défaillance.»

A lire aussi :

« Un présent définitif »

« Les chroniques terriennes du temps de l’internet » : Chronique I

« Les Chroniques terriennes du temps de l’internet » : Chronique I

In Contributions on 15/05/2011 at 19:32

Comme promis dans l’article « Un présent définitif »,  voici la première  des cinq « chroniques terrienne du temps de l’internet »  de Fred Forest :

« Chronique I du temps qui va s’arrêter.

Article 1

Certes, j’en conviens, décider d’arrêter le temps, du jour au lendemain, n’est pas une décision commune. Elle pourrait même paraître quelque peu présomptueuse pour nous tous qui connaissons tant de mal à maîtriser nos emplois du temps, nos calendriers, nos rendez-vous quotidiens… Toujours à la bourre, nous courrons derrière le temps, sans jamais réussir à le ratrapper. Il fallait faire quelque chose. Je me suis donc dévoué.

Article 2

L’idée incongrue m’en est venue un jour qu’en vacances je ramais sur le lac du Bourget. Le calme environnant. La surface plate et sans rides de l’élément liquide. C’en était fait. Mes lèvres ce sont entre-ouvertes et j’ai entendu comme si c’était quelqu’un d’autre qui le murmurait à mes oreilles :  « Oh temps suspens ton vol et vous heures propices suspendez votre cours « . Reçu 5/5 , j’avais compris que le message m’était personnellement adressé. Sans plus attendre il fallait maintenant me mettre au travail sans plus tarder

Article 3

Le premier travail fût de commencer par réfléchir. Une foule d’idées se pressèrent à mon esprit. Comment s’y prendre de la meilleure façon pour arrêter le temps ?

Quels outils utiliser ? Où trouver des ouvriers qualifiés ? Par qui faire financer le projet ? De quel côté trouver des appuis gouvernementaux ? Fallait-il aller plutôt les chercher du côté des syndicats partisans de la réduction du temps de travail ? A moins que ce ne soit auprès du consortium en horlogerie suisse qui aurait bien un coucou empaillé à nous prêter dont on pourrait tordre le cou ? ( Sans avoir aussitôt aux trousses les égéries de la SPA, à ne pas confondre avec celles de la SDN…) Autant de questions immédiatement surgissaient sur lesquelles nous n’avions aucune opinion définitivement arrêtée.

Article 4

La première de nos constatations fût de reconnaître humblement que nous n’avions personnellement aucune qualification, ni expérience, pour entreprendre un tel travail.

Je pouvais toujours essayer, sans pouvoir toutefois jamais être garant du résultat…

J’avais des idées comment faire pour arrêter le temps . Mais dans la pratique empirique qui est la mienne le temps peut s’arrêter certes, mais il peut tout aussi bien seulement ralentir, ou au contraire s’accélerer…Il peut aussi continuer simplement à poursuivre son bonhomme de chemin, comme il le fait depuis la nuit des temps.

Article 5

C’est toujours un risque à prendre de décider de faire quelque chose qui sort de l’ordinaire. Nous avons tous éprouvé ce dilemme un jour ou l’autre dans la conduite de notre vie personnelle Et sur ce point ce n’est pas, même, le Président de la République en exercice qui pourra nous contredire. Et puis arrêter le temps (ou plutôt le suspendre…) implique une responsabilité morale que nul ne saurait ignorer. Les conséquences peuvent en effet en être multiples, autant qu’imprévisibles.

Article 6

S’il est vrai que je ne suis pas  » un arrêteur de temps  » professionnel agréé par la chambre des métiers mais un expérimentateur occasionnel, je n’en reste pas moins un homme de bonne volonté qui a compris qu’il était urgent pour le bien de l’humanité dans la conjoncture actuelle, telle qu’elle se présente à l’heure de la modernité, d’arrêter le temps. Nous allons donc procéder à cette mesure pour une date que nous avons programmée, le jour du printemps, de 12 heures à 12 heures, entre les 20 et 21 mars 1998. Et cet événement tout à fait exceptionnel donnera lieu dans les rues de Paris et ailleurs sur la planète à des manifestations tout aussi exceptionnelles Nous en avons assez de courrir comme des dératés, toujours pressés par le temps, sans savoir où nos pas nous mènent. Avant d’entrer de plain-pied dans le troisième millènaire il faut s’arrêter et réfléchir ensemble sur le monde que nous voulons demain, pour nous-mêmes et nos enfants.

Article 7

Dans l’attente de ce jour fatidique où le temps va s’arrêter, le jour du printemps. C’est mieux que le temps s’arrête un jour comme çà où la nature retient sa respiration. avant de donner. De semaine en semaine, nous allons passer ici en revue tout ce à quoi il faut penser en prévision d’un tel événement. Un événement qui à notre connaisance, n’est encore jamais arrivé dans toute l’histoire de l’humanité.

Article 8

Nous allons essayer de tout prévoir de ce qui peut arriver pour ne pas nous laisser surprendre. A savoir :

Si le temps seulement ralentit.

S’il s’accélère.

S’il s’arrête définitivement, et qu’on arrive plus à le relancer, malgré la mise en oeuvre des moyens prévus par les procédures du plan d’urgence relatives aux catastrophes nationales. Procédures à la décision des préfets de chaque département.

– Si le temps se met à bégayer victime de ratés et de hoquets comme un nouveau-né.

– Si le temps n’obéissant pas à nos injonctions et au dispositif informatique sophistiqué que nous mettrons en oeuvre avec nos sponsors continue, aujourd’hui comme hier, à se dérouler selon ses rythmes habituels, sans une seule seconde de décalage.

– Si il s’arrête, justement, seulement une seconde, comment on va-t-on faire pour la récupérer cette seconde et la réintoduire dans notre vie personnelle d’une façon positive, et si possible sans que personne ne s’en rende compte et n’y trouve rien à redire.

-En temps utile nous vous donnerons dans cette chronique régulière les précautions à prendre en vue de cette  » suspension  » du temps, les mesures de sécurité à prendre, les vêtements à choisir de préférence, les livres à lire, les restaurants à éviter, les prières à réciter.

Article 9

( En cours d’élaboration le temps que les idées nous viennent)

Article 10

 » Rien ne sert de courir il faut partir à temps. « »