repensonslepresent

Archive for the ‘Segments’ Category

Phénix en effervescence

In Contributions, Segments on 06/02/2012 at 21:06

Je tenais absolument à rencontrer Patrick Chamoiseau, que ça soit à Paris ou en Martinique. Il se trouve que cela s’est fait en Martinique, à Saint-Pierre, dans un décor qui porte encore les cicatrices d’une brûlure historique.

Car il y a 110 ans, Saint-Pierre, capitale culturelle, politique et commerciale de l’île, celle qui vibrait sous le rythme effréné des arrivées des navires du monde entier, des représentations théâtrales, de la mode, de la presse, celle que l’on appelait le « Paris des Isles » cessa d’être. Il a suffit d’une poignée d’instants pour que les caprices du volcan de la montagne Pelée imposent le silence à près de 30 000 personnes.

Détrônée de son statut de capitale par Fort-de-France, Saint-Pierre s’est endormie, blessée, et mélancolique.

Mais aujourd’hui, on assiste à l’émergence d’une nouvelle effervescence. Une effervescence créatrice, intellectuelle, qui a pour but d’insuffler un nouveau dynamisme à toute une population, à toute une région. Aux commandes de cette réanimation urbano-philosophique, il y a un écrivain, Patrick Chamoiseau (Prix Goncourt 1992).

L’espoir d’un Saint-Pierre phénix attire et séduit urbanistes, artistes, ingénieurs, politiques et philosophes. Mais comment faire de Saint-Pierre un nouveau pôle attractif ? Cette « métamorphose » pour reprendre le terme d’Egdar Morin, qui est l’un des invités au projet le « Grand Saint-Pierre », ne peut se faire unilatéralement. Elle doit être pluri, inter et intra, avec toujours au centre la population elle-même, c’est-à-dire l’humain.

 

C’est donc, dans cette ville d’Art et d’Histoire que j’ai rencontré Patrick Chamoiseau. Je voulais revenir avec lui, sur des notions qui lui sont chères, à savoir « l’identité-relation », la complexité, et l’ « oraliture ». Cela pour une simple raison, qui est que les problèmes qui se cachent derrière ces notions sont aussi ceux que l’on retrouve en philosophie du temps. C’est le cas du problème de la caractérisation de l’être dans et par la relation : peut-on caractériser le présent dans un système relationnel ? En quoi le présent est-il spécial ? Ce qui renvoie à la question de la réalité du présent : s’il y a effectivement une différence objective entre passé, présent, et futur, quel élément réel me permet d’affirmer qu’il s’agit véritablement du présent ? Et enfin, peut-on exprimer philosophiquement ou physiquement cette différence réelle ?

Nous reviendrons dans un prochain article sur ces questions, et sur les analogies qui existent entre le problème du présent en philosophie et le problème de l’identité tel qu’il se pose dans le débat politique actuel. Mais pour l’instant, voici la vidéo de ma rencontre avec Patrick Chamoiseau, sous le soleil imposant mais courtois de Saint-Pierre :

 

 

Licence Creative Commons
Rencontre avec Patrick Chamoiseau de Céline Ruffin-Bayardin est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

Static n°12 de Daniel Crooks

In Segments on 24/02/2011 at 19:54
Daniel Crooks, Static No.12 (seek stillness in movement), 2009-10 (video still), HD video (RED transferred to Blu-ray), dimensions variable. Courtesy the artist and Anna Schwartz Gallery Copyright © Daniel Crooks 2009

Voici une œuvre surprenante vue à la 17ème Biennale de Sydney qui m’a beaucoup captivée. Il s’agit de la vidéo Static n°12 de Daniel Crooks.

Avant d’en parler resituons le décor…Direction le MCA, musée d’art contemporain de Sydney, en face du fameux opéra, de l’autre coté de la rive. Là nous attend la navette spéciale Biennale qui nous conduira sur l’île de Cokatoo. Après une quinzaine de minutes de navigation avec entre autre,  un groupe d’ados et leur animateur surexcité, une femme avec un imposant manteau de fourrure, deux hipsters dont l’un avait un appareil à photo rétro rose fluo, et des touristes et encore des touristes…

L’île de Cokatoo est une ancienne prison qui pourrait être une installation artistique en soi. Le climat y est très spécial. Du ciment, du métal rouillé, des grottes et la mer autour. Les installations sont cachées dans des tunnels, des anciens dortoirs, des hangars et dans tous les espaces qui peuvent (ou non) recevoir.

La vidéo Static n°12 est elle dans une petite salle sombre.  Dès que l’on y rentre on est directement happé dans une autre dimension spatiale et temporelle. Des mouvements au ralenti y sont décomposés tout en étant toujours unis et continus, et cela en même temps que l’image s’étire. On voit alors des parties du corps qui s’absorbent et d’autres formes qui disparaissent. On a l’impression de découvrir une autre dimension de l’instant présent tant il y a d’éléments captés, recrées et réinterprétés pour un même geste infime…

Daniel Crooks est un artiste de Nouvelle-Zélande qui travaille essentiellement sur la perception que nous avons de l’espace et du temps, et sur la déconstruction de celle-ci.  Il développe et offre ainsi une vision originale de l’espace, du temps et de la relation espace-temps.

Pour en savoir plus sur lui, c’est ici ou .

D’autres installations qui m’ont plu aussi : The feast of Trimalchio de AES+ F, Inopportune : Stage one de Cia Guo-Quiang, Kasbah de Kader Attia,  Summit de Shen Shaomin, ou encore la vidéo Ping Pong de Adel Abidin.

The problem of Time

In Segments on 24/02/2011 at 18:19

J’ai décidé de consacrer ce premier billet à ce que les physiciens théoriciens appellent « le problème du temps ».  Pourquoi ? Parce qu’il nous rappelle à quel point le questionnement sur la nature du temps est omniprésent en physique théorique et que cela n’est pas prêt de s’arrêter !

Quel est le problème ? Il existe actuellement pour décrire le monde physique deux théories qui sont toutes deux valides mais qui ont deux conceptions différentes du temps. D’un coté, il y a la Relativité Générale qui définit un temps dynamique, et de l’autre il y a la Mécanique Quantique qui elle définit un temps absolu. Le problème est que si nous souhaitons unifier ces deux théories pour n’avoir qu’une seule et unique théorie, qui serait la Gravité Quantique, et bien alors nous sommes inéluctablement confrontés au problème du temps ! C’est-à-dire que le temps ne peut pas être à la fois absolu et non absolu !

Autre problème et pas des moindres, l’équation de Wheeler-de-Witt, qui serait celle de la Gravité Quantique, ne contient aucune notion de temps ! Que doit-on conclure alors ? Que le temps n’existe pas à un niveau fondamental ? Qu’il serait émergent ? Ou que l’on doit faire de nouvelles distinctions qui amèneraient à prouver l’existence du temps ?

Le débat est ouvert et suscite encore de vives discussions….

Ligne éditoriale

In Segments on 26/01/2011 at 17:13

Repensons le présent est un « projet » qui s’inscrit dans une vision unitaire du savoir. Penser une notion au-delà des catégorisations ou divisions actuelles de la connaissance. De part les paradoxes qu’elle nous impose, et la complexité de son maillage, la notion de présent s’inscrit naturellement dans cette vision.

A la question ‘qu’est-ce que le présent ?’, il ne s’agira pas de faire appel uniquement à la physique ou la philosophie pour tenter de définir un élément de réponse, mais bien plus de construire, de tisser (et non pas seulement de compléter), ensemble, une notion qui pourrait rendre compte de la complexité et de l’évidence du présent, grâce à un apport de différents domaines (peut-être injustement séparés) et à un système relationnel original et participatif. Tenter d’exprimer une dimensionnalité du présent, passe donc par des aller-retour entre la philosophie, la physique, l’art, les neurosciences, la sociologie, et autres sciences humaines et sociales, de même que d’autres sciences dites « dures ».

Nous sommes des êtres de relations et des êtres en relation. Le caractère fondamental de la relation pour  nous pose le présent au cœur du système explicatif du monde que nous avons érigé.

Que vous soyez musicien, peintre, ou photographe, philosophe, psychologue, mathématicien, biologiste, technicien, ou encore internaute anonyme de passage vous êtes les bienvenus ! C’est un espace de partage et d’échange autour de la notion de présent. Si vous souhaitez partager une image, un texte, une vidéo ou une pensée qui participerait à la compréhension de cette notion, n’hésitez pas ! De mon coté, je posterai des textes ou commenterai des livres que j’ai pu rencontrer durant mes trois années de recherches.

J’espère que cette expérience sera fructueuse et profitable à tous. De même que j’espère, modestement, que cet espace sera un catalyseur d’échange et peut-être de rencontre autour de la notion de présent.

Merci pour votre lecture et à très bientôt,
Céline RB